SONDAGE RAPIDE

Soutenez-vous les exigences d'un référendum sur le Traité de Lisbonne?


Soutenez-vous les exigences d'un référendum sur le Traité de Lisbonne?

Oui

 

92,1%

Non

 

7,9%

Total des votes 32239

REFUSEZ LE TRAITÉ DE LISBONNE !

Jusqu’à présent nous concentrions notre revendication sur le fait que chaque citoyen obtienne la possibilité de se prononcer, dans le cadre d’un Référendum, sur le Traité de Lisbonne. Aujourd’hui, plus d’un quart de million de personnes a signé notre pétition en Europe.

Plus…

RÉFÉRENDUM EN FAVEUR DES TRAITMENTS NATURELS

La campagne a pour but de garantir à tous les citoyens européens le libre accès aux traitements naturels et reposant sur des bases scientifiques.

Plus…

UNE EUROPE POUR LE PEUPLE – PAR LE PEUPLE

Le 13 novembre 2007, plus de 3.000 survivants du camp d'extermination d'Auschwitz et des autres camps de concentration nazis se sont réunis à Auschwitz pour une conférence d'une journée.

Plus…

Page Tools

Envoyer ce site à un ami

Ajouter ce site à vos favoris

Imprimer

 

INITIATIVE POUR UN RÉFÉRENDUM EUROPÉEN

Histoire européenne

Le profit plus important que la vie

Cliquez ici pour voir les archives authentiques du Tribunal de Nuremberg où le cartel pétrolier et pharmaceutique IG-Farben, constitué de Bayer, BASF, Hoechst, ainsi que d’autres entreprises allemandes, a été jugé pour crimes de guerre perpétrés pendant la deuxième guerre mondiale. Un grand nombre des crimes de guerre commis par ce cartel l’ont été au camp de concentration d’Auschwitz, qui servait aussi de camp de travaux forcés pour le compte d’IG-Auschwitz, une filiale détenue à 100% par IG-Farben. Ces archives prouvent que IG-Farben a fait des expériences médicales criminelles atroces sur les prisonniers asservis sans leur consentement. Des milliers d’entre eux ont été contraints de se soumettre à des expériences mortelles, faites avec des produits chimiothérapeutiques brevetés et fabriqués par le service pharmaceutique de Bayer.

Auschwitz : les nazis et la "solution finale"

L’un des derniers documentaires consacrés à Auschwitz a été produit par la BBC. Diffusé pour la première fois en 2005, il regroupe des entretiens avec des survivants d’Auschwitz et traite, entre autres, du rôle qu’a joué IG-Farben. Pour obtenir de plus amples informations, cliquez ici.

De Nuremberg à Bruxelles

Cliquez ici pour lire le discours que le Dr Matthias Rath a prononcé à Auschwitz (Pologne), le 13 novembre 2007 et qui se rapporte à l’histoire de l’Union Européenne. Il a exposé, entre autres, la façon dont les dirigeants d’IG-Farben, jugés par le tribunal de Nuremberg, ont plus tard occupé des positions clés dans l’industrie allemande et comment l’avocat nazi Walter Hallstein a participé à la formation de la Commission Européenne, dont il est devenu son premier président. Hallstein, éminent professeur de droit sous le régime nazi, a déclaré dans un discours prononcé en 1939 : "Une des lois les plus importantes [dans les pays européens occupés] est celle de la protection du sang et de l’honneur allemands".

Une nouvelle Europe en devenir

Cliquez ici et ici pour lire des extraits d’un livre écrit par Walter Hallstein en 1969. Après sa carrière en tant qu’éminent professeur de droit sous le régime nazi, Hallstein a participé essentiellement à la formation de la Commission Européenne, organisme dont les membres n’étaient, à cette époque, pas encore élus et dont il fut le premier président pendant dix ans. Dans son livre intitulé "L’Europe inachevée", il décrit la manière dont la Communauté Européenne a été conçue, de telle sorte que la "Commission détienne pour ainsi dire le monopole des pouvoirs, afin qu’elle puisse prendre l’initiative sur tout ce qui avait une influence sur la communauté européenne en général". En outre, dans une sorte de prophétie se rapportant à ce que le Traité de Lisbonne a prévu presque quarante ans plus tard, il indique clairement que les quelques exceptions à cette règle "devront être supprimées dès que possible" et que "la Commission devra en définitive pouvoir prendre de sa propre initiative toutes les mesures nécessaires pour assurer son application, sans avoir à demander une autorisation spéciale ou spécifique du Conseil des ministres".

La lettre ouverte que le quotidien "Irish Times" n’a pas voulu publier

Cliquez ici pour lire la lettre ouverte que la Dr Rath Health Foundation a envoyée le vendredi 18 janvier 2008 au "Irish Times " à des fins de publication. Bien que les faits politiques et historiques relatifs à l’Union Européenne et énoncés dans cette lettre soient prouvés, ce journal a refusé de la publier. Le motif donné pour le refus de publication est que, même si la lettre faisait référence à des faits avérés, elle ne serait pas publiée, car le journal ne souhaitait pas être mêlé à ça. Donc si ces faits ne sont pas connus, on peut tout naturellement se demander ce qui ne l’est également pas…